Europe et Finance : Comment sauvegarder votre argent ?

source sputniknews.com

La richesse de l’actualité devrait pousser chaque épargnant à se poser les bonnes questions. L’Europe part en vacances avec la gueule de bois. L’Angleterre et son « BREXIT » ne veut plus de l’Europe, et l’Islande affirme également ses distances. L’Espagne et le Portugal sont en difficulté de paiement, et l’Italie a insufflé des dettes bancaires énormes dans les comptes d’une Europe bien malade. Les Français ont voté contre l’Europe et pourtant une minorité politique a accepté le traité. Les Français ne veulent pas d’une loi, et pourtant une minorité politique l’impose à coup de 49-3. Arrivée en finale de football, les bleus représentent la défaite d’un peuple qui semble baisser les bras.

La majorité des lois restrictives sont votées lorsque les Français sont en vacances, ainsi le droit de grève est respecté parce qu’il n’y a pas de grévistes en cette période, même les représentants syndicaux abdiquent pour profiter des plages et du soleil, oubliant que ces instants de bonheur ont été si durement gagné au fil du temps par leurs ancêtres.

Pendant que le bronzage fera la fierté de bon nombre, une série de lois autorise les politiques à bloquer l’épargne des Européens. Le dernier bastion financier des épargnants Français, l’assurance vie,  est tombé avec cet amendement de la loi « Sapin 2 » qui a créé une haute autorité capable de bloquer les contrats jusqu’à la possibilité d’interdire les rachats partiels, et ce dans l’indifférence totale des médias financiers.

Si un conseiller financier rémunéré par un épargnant, conseille des supports d’investissements qui sont tous sous le coup de la loi en matière d’autorisation d’utilisation, ou qui sont excessivement taxés par l’impôt, ou qui ne sont même pas capable de couvrir le cout de la vie, le bon sens veut qu’on lui ferme la porte. Ce n’est pas toujours ce qui se passe, bien au contraire. Le code civil précise que nul n’est censé ignorer la loi. Mauvaise habitude latine, l’épargnant est trop souvent amené à découvrir après coup les méandres et limites des opérations sur lesquelles il s’est engagé. Un professionnel se doit de vous informer, mais il n’a pas la responsabilité directe des lois et ne peut être, en France, recherché pour ne pas avoir détaillé les textes applicables. Dans le système judiciaire américain, le manque d’informations impose la responsabilité du professionnel au profit de l’épargnant. Une information non donnée est une faute par omission reconnue.2016-rentabilite-des-investissements-france

Au-delà de ces éléments, nombreuses sont les richesses dilapidées à cause de charges gouvernementales excessives pour les États européens, et multiples autres mauvaises gestions de fonds des épargnants entrainant une rentabilité négative et des pertes. En résulte un fossé laissant découvrir une paupérisation inédite qui se creuse d’avantage chaque jour. La peur d’une perte du peu acquis l’emporte sur la volonté de révolte.

Des solutions existent pour permettre de sauvegarder son capital, ces informations sont cependant peu relayées par les médias. Si nous préconisons d’investir dans la terre et sur des territoires sécurisés et moins taxés, c’est parce que nos 20 années d’expérience nous ont démontré les résultats des autres investissements. Si nous proposons des supports d’investissements accessibles à partir de tarifs raisonnables, c’est parce que nous donnons la possibilité aux épargnants de rester flexible et d’investir selon leur budget.

S’informer c’est prévoir. A l’heure où les députés Européens ont votés à leur bénéfice une retraite à taux plein dès 6 mois de présence à hémicycle, bien que personne ne sache si les caisses de retraites seront suffisamment solides pour couvrir les gaspillages des politiques européennes, il est important de prendre les bonnes décisions.

Créer votre capital pour sécuriser vos lendemains,  investissez  et consolidez vos gains sans attendre. Les terres lointaines n’ont jamais été aussi proches …

Publicités

La Ruée vers l’Or

Des cow-boys aux gratte-ciel, l’Amérique a toujours fait rêver de nombreux Européens. Et lorsque nous évoquons la ruée vers l’or, nous pensons tous à l’Amérique et ses grandes plaines.

Pas de ruée vers l’or sur notre vieux continent qui souffre d’une politique engagée vers une Union qui écrase l’Europe plus qu’elle ne la relève, en raison des disparités économiques et règlementaires qu’il a toujours été impossible de réunir. Dans le lot, la France voit sa dette qui explose pour atteindre un taux par habitant équivalent à celui des États-Unis (Le Figaro.fr). Malgré la rapidité des moyens de communication, l’histoire nous montre que nous subissons à retardement les contrecoups de la mauvaise forme mondiale.

Pas de ruée vers l’or pour la finance en ce début 2016. Fin 2015, beaucoup de sociétés de gestion avaient imaginé des marchés volatiles pour l’année 2016, mais peu d’entre elles avaient envisagé une rechute des indices boursiers d’une telle ampleur dès janvier. Les marchés alternent rebonds et rechutes de manière totalement erratique et imprévisible. Sans comprendre, les investisseurs sont allés aux abris en vendant. (Boursorama/Figaro).

Pas de ruée vers l’or également en France pour l’immobilier qui subit les distorsions de la politique fiscale extravagante. Et les prix continuent de baisser. L’indice de révision des loyers calculé tous les trimestres par l’INSEE affiche une variation négative sur un an avec -0.01 % au 4ème trimestre 2015. Ces chiffres atteignent de nouveaux records.

Le chômage et la situation économique de la France (comme de nombreux pays occidentaux) ne s’améliorent pas. La chute de l’inflation d’environ 2% en 2012 à 0 ou presque en 2015 joue un rôle majeur. Très peu d’acquéreurs s’en soucient, ne focalisant que sur le niveau nominal des taux de crédit immobilier pour conclure que le moment est propice pour acheter et s’endetter, alors qu’en réalité, investir dans l’immobilier coûte plus cher qu’avant.

A lire : http://www.immobilier-danger.com/Immobilier-janvier-2016-les-867.html

Plus de 9.5 milliards d’habitants sur Terre en 2050, et des ressources qui s’épuisent. Certains pays comme les États-Unis, et principalement l’État de Floride, ont la capacité de réagir vite et dans le bon sens politique et économique.

La Ruée vers l’Or se symbolise aujourd’hui en Floride avec l’arrivée de 537.000 personnes en 2013. “La Floride est en quelque sorte une icône du 21ème siècle en ce qui concerne les changements de population (…)”, affirme James Johnson, professeur de commerce à l’université de Caroline du Nord. Au 21ème siècle, la Floride sera ce qu’ont été la Californie ou New York au 20e siècle, prédit-il.

La croissance démographique et l’attrait touristique qui ont conduits à l’augmentation des prix immobiliers sont autant d’éléments rassurants pour les nouveaux investissements.

A lire : http://www.geopopulation.com/20140706/demographie-etats-unis-la-floride-bientot-dans-le-top-3-des-etats-americains-les-plus-peuples/

La Ruée vers l’Or se symbolise également en Floride par un taux de chômage tombé à 5,1 % en octobre 2015. La Floride a créé 239 000 emplois en 2015, lui donnant un taux de croissance annuel de 3 % par rapport à 2 % à l’échelle nationale.

Le prix médian des ventes immobilières dans tout l’État pour des maisons existantes était en hausse de 10 % en 2014, selon les données de l’industrie et du département d’analyse (FAR). Les ventes de faillite pour les copropriétés ont diminué de 36,1 % tandis que les ventes de faillite pour les maisons ont diminué de 30,4 %.

La Ruée vers l’Or en Floride se traduit aussi par la croissance continue des ventes et des prix, la question étant de savoir si le marché ne surchauffe pas. La baisse des inventaires et celle du nombre de jours sur le marché, suggèrent cette possibilité. Mais il y a aussi des facteurs atténuants. Tout d’abord, la pression de l’inventaire réel se situe au niveau des habitations à bas prix. Ensuite la hausse des ventes de condos et des prix, est atténuée par l’offre accrue en construction. Et enfin, la Réserve Fédérale doit relever ses taux d’intérêt, ce qui aura un effet modérateur sur la demande.

L’inventaire continue de se resserrer, avec un approvisionnement de 5,5 mois en juin 2015 pour les maisons et de 4,6 mois d’approvisionnement pour les copropriétés, selon la FAR. La plupart des analystes considèrent que 6 mois d’inventaire est la référence pour un marché équilibré entre les acheteurs et les vendeurs.

La spéculation immobilière est (re)devenue le sport national. Aujourd’hui, Chinois (soucieux de sauvegarder leurs économies), Brésiliens, Amérique Latine, mais aussi Européens, investissent en masse. Les Français sont là, eux aussi, profitant des bonnes affaires du marché.

Avec ses 3 aéroports internationaux et ses 3 ports maritimes, le Sud-est de la Floride est devenu la plaque tournante du commerce vers l’Amérique du Sud, attirant les emplois spécialisés à hauts revenus. L’aéroport international de Miami occupe maintenant le 2ème rang des USA pour les vols internationaux, derrière JFK. Et le Port de Miami est l’un des deux grands ports de la côte Est, capable de tirer parti du nouvel élargissement du Canal de Panama dès cette année 2016. Tous ces points démontrent que seulement un crash mondial causerait une débâcle. La crainte croissante d’une crise financière n’entamerait que peu la bonne santé de la Floride en raison de ces atouts.

 

Ruée vers l’Or en Floride avec son PIB qui approche les 750 Milliards $ et classe la Floride au 18e rang des économies mondiales. Sa croissance a été de 21% sur les 3 dernières années, ce qui en fait une zone privilégiée d’investissement. Cet État est ainsi la 4ème puissance économique des USA, malgré l’absence d’impôt sur le revenu personnel, l’absence d’impôts sur la fortune, et un taux d’imposition sur les sociétés très faible.

 

Ruée vers l’Or avec ce nouveau rapport (Knight Frank) qui montre que Miami est classé en 6ème place par les personnes identifiées « ultra-riche », cad dont la valeur nette est supérieure à 30 millions $, comme lieu de résidence pour y vivre et investir. De nombreuses célébrités et stars de cinéma ont une résidence en Floride : Michael Jordan, Chris Evert, « The Rock » Dwayne Johnson, Jack Nicklaus et Tiger Woods pour n’en nommer que quelques-uns.

Alors qu’en France les chiffres ne cessent d’évoluer en sens contraire, les investisseurs français ont toujours été très présents en Floride, soucieux de préserver et de sécuriser leurs avoirs pour l’avenir.

A lire : http://www.consulfrance-miami.org/spip.php?article1251

On estime qu’environ 1 000 personnes s’installent chaque jour en Floride.

Le vieil adage se confirme, et le secteur du bâtiment est le premier à profiter de cette bonne santé économique. Les chiffres officiels n’ont pas encore été communiqués, mais en 2015, le gouvernement de l’État de Floride prévoit un excédent budgétaire à faire pâlir de nombreux pays, à  près d’1 milliard de dollars…

Europe VS Etats Unis

DépartsLorsque l’on investit, nous ne sommes jamais certains à 100% du résultat que l’on va obtenir.    C’est un peu comme le temps. Les spécialistes formés arrivent à donner des tendances claires et réalistes, et plus nous voulons aller loin, plus les tendances s’élargissent. Il est donc essentiel d’avoir une base solide pour assurer un portefeuille d’investissement. Investir dans la Terre est primordial, car c’est une sécurité sans faille pour s’assurer que l’on aura toujours un capital « solide ».

Nous voyageons de plus en plus rapidement dans le choix des investissements à effectuer, et d’un bout de la planète à l’autre il est possible d’effectuer dans l’instant des opérations les plus simples aux plus complexes. Il faut surtout savoir rester simple et humble. Les tendances boursières sont à la hausse en Europe, alors que le marché ne s’est jamais senti aussi mal sur le « terrain ». Nous sommes capable de savoir ce qui s’est passé au fond de l’Amazonie, et nous ne connaissons pas comment se porte l’entreprise qui se trouve à quelques mètres. Les États Unis donnent une tendance que nous ne devons pas ignorer.

La ré – industrialisation a commencé de façon très importante. Pour exemple les avantages fiscaux importants dont a bénéficié APPLE pour la relocalisation de la fabrication de certains composants aux USA. L’utilisation des nouvelles technologies d’extractions pétrolières rend possible une indépendance énergétique à très court terme. C’est maintenant qu’il faut se positionner sur le marché US.

Et si cela restera possible demain, les investissements seront réservé aux très grands comptes…